Été 2018

Été 2018

Pour la publication d’Été 2018, je vais vous parler d’un projet qui me tient énormément à cœur : des sanctuaires marins.

Le Whale Sanctuary Project s’est donné pour mission d’établir des sanctuaires marins où les baleines et dauphins pourront être réhabilités ou vivre de façon permanente au sein d’un environnement qui leur donne toutes les chances d’être autonomes et le plus près possible de leur habitat naturel.

Le groupe est né en Aout 2015, au sein de l’université de l’état de British Columbia à Vancouver (Canada). 23 personnes se sont réunies pour discuter du potentiel d’un sanctuaire marin. Parmi ces 23 personnes : docteurs en biologie marine, vétérinaires et dresseurs, ingénieurs et architectes, membres d’associations en lien avec le projet, spécialistes en marketing, relations publiques et collectes de fonds.

Leur but (entre autre):

  • Réunir un groupe d’experts en mammifères marins, médecine vétérinaire, gestion, ingénierie, loi et juridique, afin de créer les fondations de la création d’un sanctuaire permanent pour les cétacés.
  • Mettre en place un projet qui puisse informer toutes les associations qui ont pour but de construire et gérer de tels sanctuaires et assurer leur pérennité.
  • Établir des sites de constructions selon une sélection des critères définis pour des emplacements adaptés.
  • Encourager et inspirer les autres établissements à adopter, améliorer et optimiser la qualité de vie de chaque cétacé à leur charge.1

Cette « pratique » a été adoptée dans le passé pour une orque très célèbre : Sauvez Willy

Crédits Photo : inticweb

L’orque Keiko, la star du film SAUVEZ WILLY a été transféré en 1998 dans un bassin de pleine mer spécialement construit, situé en Islande. Dans ce nouvel habitat, Keiko réapprend à chasser et à se nourrir seul, sa santé s’améliore (l’eczéma causé par la chaleur de son précédent bassin au Mexique disparait complètement alors qu’il retrouve ses eaux natales), on ouvre même les filets du bassin pour qu’il puisse nager dans la baie à sa guise.

Un tel équipement avait nécessité une quantité pharaonique de dons. Entreprises, mécènes, et Monsieur et Madame tout le monde ont permis à ce projet de voir le jour. C’était sans compter sur la notoriété de Keiko. Sans la trilogie Sauvez Willy, peu de personnes auraient accordé de l’importance à ce projet et c’est sans aucun doute que celui-ci n’aurait jamais vu le jour.

On connait aujourd’hui les effets néfastes de la captivité sur les cétacés. Ce groupe propose une alternative pour ces animaux enfermés et destinés à faire le clown jusqu’à la fin de leur vie.

L’association Keep Whales Wild – Cétacés Libres récolte des fonds pour permettre ce projet de voir le jour dans un futur proche.

Ou vous pouvez toujours vous rendre sur leur site et faire un don.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.