Du point de vue d’une ex-dresseuse

Du point de vue d’une ex-dresseuse

Vous n’avez pas besoin de devenir dresseur si vous voulez travailler auprès des cétacés.

Aujourd’hui je souhaite vous parler d’un article que j’avais lu au moment de sa publication en décembre 2012. Vous pouvez consulter le texte original ou lire ma traduction . Quand je parle autour de moi de la captivité, je remarque que j’ai du mal à lancer le premier argument. Je ne sais pas trop par lequel commencer de peur de désintéresser mes interlocuteurs dès le début. Donc je trouve que cet article est très intéressant parce qu’il montre une approche différente du sujet. Le fait qu’une ancienne dresseuse s’adresse à une petite fille m’a quelque part donné des pistes. De plus, je trouve que l’auteure a été très réactive dans la rédaction de cette lettre. Le contexte :

En novembre 2012, Jillian Thomas était en train de nourrir les dauphins de la Dolphin Cove de SeaWorld quand l’un d’entre eux s’est levé vers elle et a attrapé sa main. Le dauphin tentait d’attraper la boîte en carton contenant les poissons que Jillian tenait.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=9HpThNTfWrA]

L’attaque a laissé quatre points de suture sur le bras de la petite fille de 8 ans et a été enregistrée sur vidéo par les parents de l’enfant qui souhaitaient prévenir d’autres parents sur les dangers de l’alimentation d’animaux sauvages.

La vidéo s’est vite répandue et l’histoire de Jillian a été contée par la presse.

Beaucoup de rapports  ont applaudi Jillian qui continuait de montrer de l’intérêt envers les dauphins et d’exprimer son envie de devenir une dresseuse à SeaWorld. Mais une ex-dresseuse est entrée en contact avec la petite fille en espérant qu’elle reconsidèrerait sa décision.

Samantha Berg a travaillé en tant que Dresseuse d’Animaux au SeaWorld de Floride pendant 3 ans et demi de février 1990 jusqu’en août 1993. Berg a travaillé aux côtés des belugas et des orques du Shamu Stadium.

Berg travaille aujourd’hui en tant qu’acupunctrice diplômée dans le Centre d’Acupuncture d’Alaska et est également un des quatre membres de Voice of the Orcas, un groupe d’anciens dresseurs de SeaWorld qui se sont réunis afin de révéler la vérité sur les coulisses de SeaWorld, un des parcs marins les plus connus au monde.

Voici, en grande partie, un extrait de la lettre (texte original) que Berg a adressé à Jillian :

« Chère Jillian,

Je m’appelle Samantha Berg et j’ai été une dresseuse d’animaux à SeaWorld. (C’est moi sur la photo). En fait, tout comme toi, c’était mon rêve quand j’avais ton âge.

J’ai vu la vidéo de ce qu’il t’est arrivé à SeaWorld quand tu as été mordue par un des dauphins du « bassin domestique ». C’est une expérience très effrayante et je suis heureuse que tu ailles bien.

J’ai également vu que tu souhaitais toujours devenir une dresseuse de dauphins. Je suis impressionnée que ta blessure ne t’ait pas effrayée au point de t’éloigner de ton rêve. Mais je voudrais te dire plusieurs choses à propos des dauphins en captivité et te raconter à quoi cela ressemble de travailler à SeaWorld.

Une des premières choses que j’ai apprises était que nous devions, chaque jour, transmettre des informations aux visiteurs, sur la santé et le bien-être des animaux, tout en sachant que c’était faux (tu as probablement entendu certaines de ces informations lorsque tu es venue visiter le parc). Nous ne pouvions leur parler que de faits attrayants concernant les animaux ; des choses que SeaWorld voulait qu’ils sachent.

Mais savais-tu, par exemple, que le dauphin qui t’a mordue était chroniquement privé de nourriture ? Les dauphins de SeaWorld sont nourris de poissons morts, congelés, qui ne fournissent pas les nutriments et l’eau dont ils ont besoin pour rester sains.

Beaucoup d’entre eux tombent malade et développent des problèmes dans leur comportement. Tous les animaux de ces parcs marins ont besoin de prendre plus de vitamines qui sont stockées dans l’estomac de leur premier poisson de la journée. Et la plupart de ces médicaments sont des antibiotiques, des cachets anti-moisissure, des antiacides et même des antidépresseurs.

As-tu regardé plus attentivement les animaux du « bassin domestique » ? Tu as peut-être remarqué que leur corps étaient tous recouverts de lignes, appelées « marques ». Cela vient du fait que les dauphins s’attaquent entre eux. Dans un petit bassin d’eau, le dauphin n’a nulle part où fuir ou se cacher, donc ils se battent entre eux plus souvent (comme tu le ferais si tu ne pouvais jamais t’éloigner des autres enfants pendant dans la cour de récréation.) J’ai même vu un dauphin femelle se laisser mourir de faim parce qu’elle était brutalisée par les autres dauphins. Elle avait perdu tellement de poids qu’elle est morte malgré les soins des vétérinaires.

Et ne t’es-tu jamais demandé comment les dauphins sont arrivés à SeaWorld ? Quand tu seras un peu plus âgée, demande à tes parents si tu peux voir le film « The Cove » , réalisé par un ancien dresseur de dauphins, Ric O’Barry. Le film nous emmène dans les coulisses d’un endroit au Japon où les dauphins sont capturés puis séparés de leur famille. Les plus beaux et les plus jeunes sont vendus dans des parcs marins du monde entier, et le reste est brutalement tué. Leur viande est même servie dans les cantines scolaires.

Tous les animaux d’origine à SeaWorld ont été capturés dans l’océan. Mais les baleines et les dauphins ne prospèrent pas en captivité. Donc SeaWorld est en ce moment même en partenariat avec l’Aquarium de Géorgie pour faire venir 18 belugas qui ont été capturés en Russie, et les élever, eux aussi.

Une fois qu’ils sont en captivité, les dauphins et les baleines apprennent que s’ils veulent être nourris, ils doivent réaliser des spectacles, ou se laisser toucher par les visiteurs, chaque jour de l’année.

Ils n’ont jamais de repos et ne seront jamais en retraite. Tous les dauphins de SeaWorld meurent en captivité. Aucun d’entre eux ne reverra jamais l’océan. Et la plupart d’entre eux meurt en étant très jeune. Une des pires choses pour moi était de voir les animaux que j’aimais, mourir alors qu’ils étaient encore jeunes.

Donc, que pourrais-tu faire ? Il existe de merveilleuses opportunités de carrière pour des jeunes gens comme toi qui souhaitent travailler auprès de dauphins. J’ai posé la question au Dr Lori Marino, qui est l’une des plus brillantes parmi les experts mondiaux sur l’intelligence et la conscience des dauphins, et voici ce qu’elle a dit :

« Ce que tu peux faire, entre autre, c’est devenir une scientifique qui rencontre les dauphins en liberté et les étudie. Toutes les meilleures recherches actuelles sont effectuées dans l’océan par des personnes observant leur comportement naturel et, dans certains cas, nageant avec eux et étant acceptées comme visiteurs de leur groupe.

Savais-tu qu’en étudiant les baleines et les dauphins en liberté, nous savons aujourd’hui que beaucoup d’entre eux ont des traditions culturelles ? Comme nous, ils transmettent leurs connaissances d’une génération à une autre. Imagine combien il serait excitant de découvrir une autre culture !

De plus, si tu aimes vraiment les dauphins et les baleines et si tu t’inquiètes de leur bien-être, tu pourrais en apprendre davantage sur la préservation de l’océan. Il y a de nombreux problèmes concernant les océans ces derniers temps à cause du réchauffement climatique, des déversements de pétrole et autres types de pollution. Donc nous avons besoin de scientifiques qui seront intéressés par la protection à la fois des animaux et de leur habitat.

Aujourd’hui, le mieux que tu puisses faire c’est d’en apprendre autant que tu peux sur les mammifères marins. Quand le moment de choisir une carrière avec des dauphins et des baleines sera venu, tu auras besoin d’une licence avancée en sciences. Il existe de nombreux projets excitants de par le monde concernant les dauphins, les orques, les baleines bleues, les lions de mer, les éléphants de mer, etc. Dans quelques années, tu pourras te proposer en tant que volontaire ou stagiaire. » »

Grâce à cette lettre de Sam Berg, je commence à ordonner mes idées quand je m’adresse à des gens qui n’ont pas connaissance de la vérité sur la captivité. Une chose est sûre, je termine toujours mon discours par « tu sais, les parcs marins sont un business qui fonctionne aussi sur le rapport entre l’offre et la demande. Si les gens arrêtaient de s’y rendre, alors les propriétaires des Marinelands n’auraient pas d’autre choix que de cesser les captures. Alors, promets-moi que tu ne te rendras jamais dans un parc marin. »

0 thoughts on “Du point de vue d’une ex-dresseuse

Laisser un commentaire