Intempéries Marineland octobre 2015

Intempéries Marineland octobre 2015

Retour sur les intempéries du sud de la France du samedi 3 octobre qui n’ont bien évidemment pas épargné le parc Marineland d’Antibes.

L’état de santé des animaux du parc ne laisse pas indifférent, il suffit de taper « intempéries Marineland » et on tombe sur des articles et des articles relatant les faits.

Des premières images affolantes ont circulé sur la toile, mais le directeur, Bernard Giampaolo, se veut rassurant et affirme que « la situation animalière est en train de se stabiliser ».

Le 7 octobre, John Hargrove écrit au directeur du parc :

Monsieur Giampaolo,

Cela me brise le coeur de savoir que Valentin, Inouk, Wikie et les autres orques du Marineland que j’ai prises en charge et que j’ai tant aimées soient aujourd’hui en grave danger.
De façon incroyable, la qualité de l’eau horrible dans les bassins des orques n’est pas tellement pire aujourd’hui que lorsque j’étais entraîneur chez vous. Le système de filtration substandard était mal équipé pour gérer le volume d’eau et bloquer les déchets organiques, à cette époque où 7 orques y vivaient encore.

Il n’existait aucun système de refroidissement, de sorte que la chaleur a entraîné des niveaux dangereusement élevés de bactéries dans l’eau, conduisant les cétacés à développer des infections. J’en contractais moi-même, à force de nager avec eux tous les jours.

Le système de filtration était tellement inadéquat que l’eau présentait souvent une visibilité nulle. Cela pouvait prendre près d’une semaine avant que toute l’eau soit complètement renouvellée. Des algues fottaient sur la surface, ce qui est le signe d’une eau stagnante.

Le système d’injection de chlore dysfonctionnait au point qu’il causait des brûlures si graves qu’elles pouvaient potentiellement rendre aveugle. Les orques furent un jour à ce point brûlées qu’elles ne purent plus ouvrir les yeux pendant des jours, et que des lambeaux de peau se détachaient de leur tête et de leur dos. Elles en souffraient terriblement.

Combien d’autres exemples avez-vous besoin pour voir enfin que la captivité est mauvaise et cruelle ? Ces animaux, sociaux, émotionnels, intelligents, ont souffert toute leur vie durant. Ils sont maintenant dans un état critique, tout cela parce qu’ils sont détenus en captivité pour le profit et la cupidité.

Marineland doit faire ce qui est juste et libérer les orques. Leur situation est périlleuse et leurs vies sont en danger, tandis qu’elles essaient de survivre dans une fosse d’eau boueuse.
Il n’y a pas de temps à perdre.

Cordialement,

John

Le 9 octobre, le directeur répond à son tour à John :

6 jours après les intempéries, le parc « livre (enfin) son bilan » : on apprend le décès de « 4 tortues, quelques raies, des poissons, à savoir des loups de mer, et certains des plus petits animaux de Kid’s Island, tels que des lapins, cochons d’Inde, poules, chèvres et moutons »
Il est dit que 90% de Marineland a subi d’importants dommages.

Dans un article du site sciences et avenir, le parc impose un démenti concernant la mort d’une orque, d’une otarie ou encore de requins.
Le directeur animalier ajoute : « nous allons réfléchir à ce que nous voulons faire : par exemple, comment mieux protéger le bassin des otaries, est-ce que nous allons refaire un Kid’s Island, etc. Surtout, il faut qu’il y ait des modifications de nos installations. Qu’est-ce qu’il se serait passé si cela avait eu lieu en pleine journée avec 12.000 personnes à l’intérieur ? »

Une pétition circule sur internet pour la fermeture définitive du parc Marineland, je vous invite bien évidemment à aller y faire un tour et à partager à vos contacts après avoir signé.

Et pour ceux qui le souhaitent, je vous invite également à lire cet article d’un ancien client du parc, très bien écrit et qui vaut le détour !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.