THE COVE – La Baie De La Honte

THE COVE – La Baie De La Honte

Un des phénomènes majeurs à suivre pour la protection des dauphins est certainement THE COVE.

C’est un film documentaire évènement mené par l’ancien dresseur du dauphin Flipper, Ric O’Barry, qui est aujourd’hui un défenseur acharné des cétacés. A Taiji, au Japon, il se mobilise contre le massacre de plusieurs milliers de dauphins par an, perpétré à l’abri des regards.
Avec l’équipe de l’Oceanic Preservation Society, O’Barry entreprend de révéler la vérité sur Taiji au monde entier. Malgré l’hostilité de la police locale et des pêcheurs, O’Barry et ses complices réunissent une équipe de choc : cadreurs et preneurs de sons sous-marins, spécialistes d’effets spéciaux, océanographes et plongeurs en apnée réputés se lancent dans une opération secrète destinée à rapporter des images de la petite baie isolée…

J’ai trouvé sur le site http://www.blog-les-dauphins.com, un texte qui explique très bien la réalité de The Cove :

The Cove (« La Baie de la Honte » en français) est un film engagé et dénonciateur. Le titre fait référence à une petite baie située à Taiji, au Japon. Chaque année, entre septembre et mars, des pêcheurs locaux y procèdent à de grands regroupements de dauphins. En perturbant leur sonar, ils parviennent à les désorienter, puis à les rabattre grâce à de grands filets de pêche.

Dans cette baie, qui fait partie d’un parc naturel national, se déroule ensuite un spectacle macabre. Les pêcheurs procèdent tout d’abord à un tri : les plus beaux spécimens sont sélectionnés dans le but d’être revendus à des delphinariums, à des prix pouvant atteindre jusqu’à 150 000 $. Mais que se passe-t-il pour les milliers d’autres dauphins capturés ?

dolphin_slaughter_taiji_japan_the_cove_brooke_mcdonald_23

L’information peut surprendre… Ces derniers sont vendus pour leur viande, qui finit sur les étales des marchés, dans les restaurants japonais ou encore les cantines scolaires ! Un dauphin mort rapporte ainsi environ 600 $.

Ce bain de sang dont les victimes sont des êtres intelligents et sensibles constitue un spectacle  difficilement supportable. Contrairement à ce qu’affirme Joji Morishita de la Commission Baleinière Internationale (IWC), les dauphins ne sont pas tués instantanément ni de manière humaine : les pêcheurs enfoncent un bâton d’acier d’environ 30 cm dans leur évent, et pour prévenir un saignement excessif ce qui rendrait l’eau rouge, ils bouchent cet évent avec un bâton de bois, prolongeant leur agonie pendant de longues minutes. Le film se termine par les images de ces mises à mort – une séquence choc, qui a pour but de montrer la réalité des choses et de faire réagir le spectateur. 

Car cette crique n’est pas un endroit isolé. Chaque année, de part et d’autres des régions côtières du Japon, ce sont pas moins de 23 000 dauphins qui sont ainsi tués pour leur chair.

154927_142764852540420_1454367000_n

La demande menant à ces massacres ne provient pas seulement des quelques consommateurs japonais (moins de 1% de la population) de viande de dauphin.

Elle est également liée à l’industrie multi-milliardaire des delphinariums, qui requiert en permanence de nouveaux spécimens pour ses parcs. Or, les dauphins présentent le désavantage de ne se reproduire que très difficilement en captivité. De nouveaux “clowns” doivent ainsi être capturés en pleine mer, et une bonne partie d’entre eux provient de la baie de Taiji.

Aujourd’hui lundi 17 décembre 2012, après 6 jours prisonniers dans la baie, sur les 126 membres de clan qui ont été capturés, 101 seront pour la captivité et 25 pour la consommation humaine (en comptant les deux jeunes qui sont morts pendant le processus de capture). Le reste des dauphins a été libéré, après avoir subi de très sérieuses blessures et après avoir vécu des instants traumatisants dont ils se souviendront toute leur vie.

La plupart des mères vont nager privées de leurs petits… Ces dauphins vont maintenant distraire les humains jusqu’à leurs derniers jours.

Dîtes NON à la captivité : l’océan est le SEUL endroit où nous devrions pouvoir voir la faune marine.

Un site propose de regarder et de s’informer en live de ce qui se passe dans la baie : http://taiji.ezearth.tv/

Je me suis sentie mal tout le temps de rédaction de ce post…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.